Accueil » VoxPublic en action » 3919 & Fédération Nationale Solidarité Femmes

3919 & Fédération Nationale Solidarité Femmes

Publié le 26 janvier 2021

VoxPublic soutient la Fédération Nationale Solidarité Femmes (FNSF) dans sa campagne #SauvonsLe3919 lancée en novembre 2020 avec notre appui, pour faire annuler le projet gouvernemental d’ouvrir un marché public et de mise en concurrence de la gestion du numéro « 3919 – Violences Femmes Info ».

La FNSF s’était tournée vers VoxPublic pour les aider à renverser leur rapport de force, alors que plusieurs voies de plaidoyer avaient déjà été épuisées. Le 25 janvier, le gouvernement annonçait retirer son appel d’offre et le marché public, actant d’une victoire du mouvement féministe pour défendre le 3919 !

Contexte

Le 3919, cette ligne d’écoute nationale pour les femmes victimes de violences a été fondée en 2007 par la FNSF et ses 73 associations membres qui agissent depuis 30 ans pour les droits des femmes.

En 2019, suite au Grenelle contre les violences conjugales, le gouvernement avait répondu positivement à la demande - formulée à plusieurs reprises par la FNSF - d’ouvrir le 3919 24h/24. Alors que la FNSF demandait la revalorisation de sa subvention publique pour atteindre cet objectif, Marlène Schiappa puis Elisabeth Moreno, respectivement ancienne et actuelle ministre déléguée chargée de l’Égalité femmes-hommes ont annoncé, contre l’avis de la FNSF, que le gouvernement avait opté pour la mise en concurrence de ce réseau associatif qui gère le 3919 à travers un marché public... Le 3919, qui est une marque déposée par la FNSF, risquait d’être récupérée par l’État ce qui aurait privé les associations de leur outil de travail.

Malgré les alertes répétées d’associations et d’élu.e.s, l’appel d’offres pour ce marché public a été mis en ligne par l’État le 15 décembre 2020.

Il s’agissait non seulement d’une décision qui risquait d’avoir des conséquences sur la qualité de l’écoute et de l’accompagnement apportés aux femmes victimes de violences, dans un contexte où ces violences sont en hausse (+192% au premier semestre 2020), mais aussi d’une attaque contre la liberté associative.

Partenaire

A partir des années 1970, de nombreuses féministes se mobilisent en France pour lutter contre les violences domestiques et défendre les femmes qui en sont victimes. C’est ainsi qu’en 1981, des associations féministes se fédèrent et créent l’association Solidarité Femmes qui deviendra la Fédération Nationale Solidarité Femmes en 1987.

En 1989, une première campagne nationale sur les violences conjugales est organisée en lien avec le réseau FNSF, qui crée en 1992 la ligne d’écoute Violences Conjugales - Femmes Info Services qui deviendra le 3919 en 2007.

C’est donc une histoire militante féministe et associative qui coule dans les veines du 3919, aujourd’hui porté par un réseau de 73 organisations de terrain présentes sur l’ensemble du territoire français, et appuyé par douze associations nationales et leurs réseaux respectifs.

Chaque semaine, une trentaine d’écoutantes professionnelles recueillent la parole d’environ 2 000 victimes (on a même compté 7 000 appels hebdomadaires pendant le premier confinement au printemps 2020).

Objectif de la campagne

L’objectif premier de la campagne #SauvonsLe3919 est d’obtenir l’annulation du marché public publié le 15 décembre 2020 et la revalorisation de la subvention pour le fonctionnement du 3919, dans le cadre d’une Convention pluriannuelle d’objectifs et de moyens (CPOM).

Cette subvention permettrait de poursuivre les activités des associations féministes qui accompagnent les femmes victimes de violences. Cette convention permettrait ainsi le passage rapide au 24h/24, 7j/7, pour toutes les femmes, le renforcement du dispositif pour les femmes en situation de handicap, dans une démarche qualitative et responsable.

Accompagnement et actions

Au lancement de la campagne dans les médias, une tribune intitulée « Demain, qui répondra aux appels des femmes victimes de violences ? » et signée par une trentaine de personnalités est parue dans Le Monde le 16 novembre 2020 pour alerter sur les risques de ce projet gouvernemental. La tribune a été relayée sur les réseaux sociaux avec le mot dièse #SauvonsLe3919.

Plusieurs journalistes ont alors été contacté.e.s et la FNSF a lancé une campagne de presse pour dénoncer le marché public, permettant ainsi de mobiliser aussi son réseau et des personnalités féministes, ainsi que des élues.

Au même moment, une pétition a été lancée ; appelant le gouvernement à renoncer au marché public, et demandant l’allocation directe des fonds complémentaires pour l’ouverture du service 24/24 en 2021. Elle a recueilli plus de 66 000 signatures (change.org/sauvonsle3919).

Depuis la publication officielle du marché public en décembre 2020, la FNSF et ses soutiens continuent de se mobiliser :

  • Des personnalités féministes, notamment Caroline de Haas, ont « boosté » la campagne sur les réseaux sociaux, déclenchant de nouveaux articles dans la presse.
  • Avec l’aide d’une avocate spécialisée, Me Emmanuelle Yvon, la FNSF a introduit le 20 janvier 2021 un référé pré-contractuel devant le Tribunal administratif de Paris pour obtenir l’annulation du marché public. La FNSF a annoncé qu’elle « refusait ce marché de dupes » et son refus de soumissionner à l’appel d’offres.
  • De nombreuses élu.e.s, parlementaires et collectivités territoriales, de toutes sensibilités politiques, ont écrit des courriers à la ministre pour demander le retrait du marché public.
  • La Fédération s’apprêtait également à saisir en urgence le Haut Conseil à la Vie Associative (HCVA). En cas de saisine, le HCVA doit rendre un avis sur le sujet de la saisine, et l’avis du HCVA aurait pu peser dans le débat autour de l’avenir du 3919.

Actualités

Le 25 janvier 2021, le ministère de l’Egalité entre les femmes et les hommes a annoncé officiellement le retrait de l’appel d’offres pour un marché public, relatif à une ligne téléphonique d’écoute et de soutien des femmes victimes de violences. du marché public concernant la gestion du 3919.

Besoins énoncés

  • Renforcer la stratégie d’interpellation des pouvoirs publics et de sensibilisation de l’opinion publique à la problématique de la FNSF au tour du marché public (le faire connaitre, sensibiliser les élus et l’opinion, renforcé la mobilisation des réseaux féministes, usage des réseaux sociaux...)

Rôle de VoxPublic

  • Définition et accompagnement d’une stratégie souple et réactive d’interpellation des pouvoirs publics ciblés.
  • Participation aux relations médias, à la rédaction et la relecture des communiqués de presse, ainsi qu’à leur diffusion auprès des journalistes à partir des annuaires médias, journalistes et décideurs politiques de VoxPublic.
  • Conseils pour les éléments de langages mobilisateurs et d’usage stratégique des les réseaux sociaux (#SauvonsLe3919, interpellation directe, etc)
  • Mise en commun du réseau associatif de VoxPublic avec celui de la FNSF.

En détails

Nom de l'organisation :
Fédération Nationale Solidarité Femmes

Zone d'action :
Nationale

Période d'action :
En cours

Domaine d'action :
Injustices sociales

Site internet :
Fédération Nationale Solidarité Femmes

Injustices sociales

Cette situation est durement ressentie par celles et ceux qui la subissent. Elle est aggravée par la persistance d’inégalités sociales, qui sont vécues comme des injustices sociales. Selon que l’on se trouve dans un milieu aisé ou défavorisé, l’accès à des droits essentiels comme la santé, l’éducation, l’emploi ou le logement varie fortement, une situation contraire au principe d’égalité républicaine.

Des milliers d’associations sont engagées pour venir en aide aux personnes dont les droits ne sont pas effectifs. Mais les politiques publiques restent très en-deçà des besoins lorsqu’elles ne fragilisent pas un peu plus les systèmes éducatifs ou de santé par exemple. VoxPublic entend soutenir les acteurs de la société civile qui se battent contre ces injustices sociales.

Toutes les actions

Recevez la lettre info VoxPublic