Accueil » Actualités » Presse » « Un toit pour les 2816 personnes expulsées de centres d’hébergement à Paris ! »

« Un toit pour les 2816 personnes expulsées de centres d’hébergement à Paris ! »

Publié le 14 juin 2018


(Communiqué de presse)

Le collectif Sans Toit, Pas Sans Nous est partenaire de VoxPublic

Des citoyens lancent l’alerte : « un toit pour les 2816 personnes expulsées de leur centres d’hébergement à Paris ! »

Un collectif de citoyens, dont certains en situation de précarité, s’est constitué pour alerter sur la fermeture de 58 centres d’hébergement d’urgence à Paris et l’expulsion prochaine de milliers de personnes sans proposition sérieuse et pérenne de relogement. Elles invitent les journalistes le vendredi 15 juin à 9h pour un événement aux Grands Voisins (Paris - 14e).

Entre mars et juin 2018, 2816 personnes hébergées sur Paris auront vu leurs centres fermer sans proposition sérieuse et équivalente de relogement. Les coupes budgétaires atteignent 38 millions d’euros (9% du budget) pour la seule Île-de-France dans le secteur de l’hébergement d’urgence sur l’année 2018. Les centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS), qui accueillent 43 000 personnes sans domicile pour des périodes de plusieurs mois ou années, sont mis sous pression afin de faire 53 millions d’euros d’économie en 4 ans, dont 20 millions dès 2018.

D’après les chiffres de la Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement (DRIHL), ce sont 58 centres parisiens d’hébergement (fin plan hivernal + grand froid + pérenne) qui ferment leurs portes entre mars et juin 2018, soit 3 313 places en moins sur la période considérée contre 497 places ouvertes à ce jour.

L’inquiétude est très vive avec la fermeture de centres d’hébergement pérennisés pour des publics en grande difficulté. C’est le cas aux Grands Voisins (14e arrdt) où trois centres d’hébergement vont devoir fermer d’ici au 30 juin. Aujourd’hui, une partie des résidents se retrouvent sans proposition sérieuse de relogement, ce qui pourrait conduire à un retour à la rue pour nombre d’entre eux.

Face à cette inquiétude, des travailleurs sociaux et habitants des Grands Voisins – personnes hébergées, artistes, artisans, citoyens solidaires – se sont réunis dans un collectif, nommé Sans Toit Pas Sans Nous, pour réagir à la menace imminente des expulsions. Ils ont décidé de lancer une campagne d’alerte de l’opinion publique, via des actions de rue, avec le soutien du photographe JR, et une pétition sur le site Change.org adressée aux ministres Jacques Mézard, Julien Denormandie et Gérard Collomb.

Le collectif réclame le respect du code de l’action sociale et des familles (articles L345-2-2 et L345-2-3) qui oblige les pouvoirs publics à « proposer des solutions d’hébergement adaptées à la situation de chacun » dans les meilleurs délais. Celles et ceux qui travaillent chaque jour aux côtés des publics hébergés demandent également

l’ouverture de nouvelles places et une revalorisation des budgets destinés à l’hébergement afin de ne pas réduire les chances de réinsertion sociale et professionnelle des personnes les plus fragiles ».

Enfin, «  l’expérience des Grands Voisins est la preuve, depuis 2015, que l’accueil de personnes vulnérables en centre-ville est générateur de nouvelles solidarités. Lorsque cet accueil est couplé avec des activités associatives et artistiques, il devient le témoin d’une nouvelle attractivité de quartier et d’un développement économique local  » s’enorgueillissent les membres du collectif qui réclament l’ouverture de nouveaux espaces pour reproduire des expériences similaires.

Rendez-vous vendredi 15 à 9H
 : La presse est invitée à venir à la rencontre des résidents et membres du collectif et découvrir par la même occasion une installation photographique s’inscrivant dans le projet Inside-Out du photographe JR.

Contact Presse : sanstoitpassansnous@gmail.com / 0628567349

Recevez la lettre info VoxPublic