Accueil » Actualités » Partenariats » L’exclusion sans fin : la réalité du droit au logement des « gens du voyage » en France

L’exclusion sans fin : la réalité du droit au logement des « gens du voyage » en France

16 septembre 2021 dans Partenariats

Jeudi 16 septembre 2021, le premier rapport en France se concentrant sur une analyse complète de la question du droit au logement des Voyageur·euse·s a été rendu public. Il est fondé sur les témoignages reçus, les observations de terrain et les analyses de l’ODCI ainsi que sur la littérature et les recherches existantes.

En France, les violations du droit au logement des populations voyageuses sont nombreuses. Pour l’ODCI, les citoyens itinérants ne bénéficient pas d’un véritable droit au logement. Loin de respecter ses obligations internationales, la France a mis en place une législation d’exception basée sur le modèle des « aires d’accueil ». Ce système ne prend pas en compte les divers besoins des citoyen·ne·s mais aborde la question de leur logement comme celle d’une gestion de flux. Ces personnes se retrouvent alors cantonnées dans des espaces ségrégués, bien souvent éloignés des autres habitations, isolés des services publics les plus essentiels, et situés dans des zones fortement polluées et inadaptées.

Par ailleurs, l’ODCI estime que le nombre d’expulsion est en moyenne d’une par jour, chacune concernant de nombreuses personnes à la fois – dont des enfants. Le nombre de lieux de vie autorisés aux Voyageur·euse·s étant très faible et les expulsions faites sans aucune solution de relogement, les familles se retrouvent dans des situations d’errance et d’instabilité, subissant expulsions après expulsions car dans l’incapacité d’accéder à un logement autorisé correspondant à leurs besoins.

Le rapport insiste ainsi sur cinq grandes recommandations :
• Adopter des mesures visant à faciliter le mode de vie itinérant
• Garantir un droit au logement aux habitants de résidences mobiles
• En finir avec la criminalisation des Voyageurs et Voyageuses
• Assurer un meilleur accès au droit commun (droits économiques, sociaux et culturels)
• Rendre effectif le droit à la participation des Voyageur·euse·s

L’ODCI, à qui VoxPublic apporte son plein soutien dans la médiatisation de ce rapport, appelle par ce biais à un véritable changement de paradigme commençant par l’abolition de la législation et de la réglementation permettant une telle situation afin d’assurer un respect plein et entier du droit au logement des populations voyageuses.

Recevez la lettre info VoxPublic