Accueil » VoxPublic en action » Antiterrorisme, droits et libertés

Antiterrorisme, droits et libertés

Publié le 21 janvier 2019

Depuis janvier 2017, VoxPublic anime et appuie le réseau « Antiterrorisme, droits et libertés » qui rassemble des associations, des syndicats, des universitaires et des avocats, préoccupés par les conséquences des lois antiterroristes en terme d’augmentation des discriminations et de réduction des libertés fondamentales. Ce réseau est né pendant l’état d’urgence (qui a pris fin le 31/10/17) et poursuit son travail depuis.

Depuis janvier 2017, VoxPublic anime et appuie le réseau « Antiterrorisme, droits et libertés » qui rassemble des associations, des syndicats, des universitaires et des avocats, préoccupés par les conséquences des lois antiterroristes en terme d’augmentation des discriminations et de réduction des libertés fondamentales. Ce réseau est né pendant l’état d’urgence (qui a pris fin le 31/10/17) et poursuit son travail depuis.

Acteurs impliqués : ACAT-France (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture), Action Droits des Musulmans, Amnesty international – France, CCIF (Comité contre l’Islamophobie en France), Club Droit Justice Sécurités, CREDOF (Centre de recherche et d’études sur les droits fondamentaux), European Prison Litigation Network, Human Rights Watch, La Quadrature du Net, Ligue des Droits de l’Homme, Observatoire international des Prisons (section française), Syndicat des Avocats de France, Syndicat de la Magistrature. De même que des cabinets d’avocats, magistrats et des chercheurs ou juristes.

Objectifs

Le but de ce réseau est d’encourager et de faciliter la coopération entre acteurs de la société civile pour interpeller le pouvoir exécutif et les Parlementaires sur les graves conséquences des lois antiterroristes, notamment celle d’octobre 2017 (loi sur la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme - SILT) qui a intégré dans le droit commun plusieurs dispositions de l’état d’urgence.

Pendant l’état d’urgence, les membres du réseau ont multiplié les actions en interpellant le Premier ministre, en rencontrant le Président de la République le 30 juin 2017, en interpellant les parlementaires avant le vote de la loi SILT, en participant à des auditions publiques. Ces actions se sont appuyées sur une forte médiatisation de l’action du réseau, marqué par de nombreux passages dans les médias et une affluence record au cours de deux conférences de presse.

Rendez-vous avec le réseau
Rendez-vous avec le réseau Délégation auditionnée par le rapporteur du projet de loi antiterrorisme De gauche à droite : Me V. Brengarth (cabinet Bourdon&Associés), L. Blisson (Syndicat de la Magistrature), Lila Charef (CCIF), Stéphanie Hennette-Vauchez (CREDOF), N. Houry (Human Rights Watch), S. Zine (Action Droits des Musulmans), A. Marsaud (La Quadrature du Net), Me A. Alimi (Ligue des droits de l’Homme).

Un réseau mobilisé en 2018

Après l’entrée en vigueur de la loi SILT, les membres du réseau ont concentré leur attention sur la visite en France de la rapporteure spéciale des Nations unies sur la protection des droits humains dans le cadre de la lutte antiterroriste, Mme Fionnuala Ni Aolain, qui a eu lieu en mai 2018. Les membres du réseau ont salué la recommandation de la Rapporteure spéciale en faveur d’une évaluation indépendante de la mise en œuvre des lois antiterroristes. Actuellement, cette évaluation est faite par des commissions de l’Assemblée nationale et du Sénat, qui s’appuient beaucoup sur les informations fournies par le ministère de l’Intérieur.

Plusieurs membres du réseau sont intervenus pour demander publiquement la mise en place d’un mécanisme indépendant, complémentaire du contrôle parlementaire.
Plusieurs membres du réseau ont été auditionnés le 3 décembre 2018 par les députés en charge du suivi de la loi SILT, Mme Yaël Braun-Pivet, présidente de la commission des Lois, et M. Raphaël Gauvain. Lors de cette rencontre, les membres de la société civile ont noté les efforts de l’Assemblée nationale pour fournir des données plus précises sur la mise en œuvre de la loi SILT (nombre de périmètres de sécurité, assignations à résidence, « visite domiciliaire », un euphémisme pour perquisitions administratives ). Les deux députés se sont engagés à auditionner davantage de personnes ou associations directement concernées par les conséquences des mesures antiterroristes.

En 2019, les membres du réseau vont poursuivre leur travail d’interpellation en vue de l’évaluation que les parlementaires doivent faire à la fin de la seconde année de la loi SILT.

Rôle de VoxPublic

VoxPublic anime ce réseau d’acteurs de la société civile pour faciliter le lancement d’actions collectives : animation du réseau, relations médias, coordination des actions d’interpellation des décideurs, relations avec les institutions indépendantes de défense des droits humains en France (Commission nationale consultative des droits de l’Homme, Défenseur des Droits), maintenance du site web de référence créé par ce réseau : www.antiterrorisme-droits-libertes.org

En détails

Nom de l'organisation :

Zone d'action :
Nationale

Période d'action :
En cours

Domaine d'action :
Discriminations

Site internet :
www.antiterrorisme-droits-libertes.org

Discriminations

La France est marquée par une persistance de discriminations qui marginalisent des millions de citoyens qui sont stigmatisés pour ce qu’ils sont et non pour ce qu’ils font. Bien que condamnées par la loi, les discriminations en fonction de l’origine, du genre, de l’orientation sexuelle, des convictions religieuses, ou d’un handicap restent monnaie courante. Elles ont un impact direct sur l’accès à l’emploi, au logement et d’une manière plus générale au sentiment d’appartenance à la nation. De nombreux acteurs de la société civile sont engagés sur ces questions. Le cadre législatif a été renforcé. Mais il reste beaucoup à faire tant au niveau des lois que des pratiques administratives. VoxPublic entend soutenir les acteurs de la société civile qui se battent contre les discriminations.

Toutes les actions

Recevez la lettre info VoxPublic